Trophée des Champions: Le Paris-Saint-Germain a donné une leçon à l'Olympique Lyonnais (4-1)

Le champion de Ligue 1 n'a laissé aucune chance à son dauphin à Klagenfurt, en Autriche...

Changement d'entraîneur ou pas, Zlatan ou pas, avec ce PSG, les débuts de saisons se suivent et se ressemblent. La saison dernière, le Trophée des champions entre le PSG et l'OL avait tourné à la démonstration pour le champion sortant face à son dauphin en Ligue 1 (2-0). Cette année, Paris a fait au moins aussi forte impression, infligeant une défaite encore plus importante (4-1) à des Gones rapidement dépassés par les évènements.

Il faut dire que pour le premier match officiel d'Unai Emery en tant qu'entraîneur du club, le PSG avait idéalement débuté, en marquant sur ses deux premières occasions, grâce à Pastore (1-0, 9e minute) et Lucas (2-0, 20e). Malgré une entame correcte, l'OL se retrouvait mené de deux buts après 20 minutes. Sonné, le club rhodanien n'allait jamais véritablement s'en relever. Paris inscrivait même deux nouveaux buts avec une facilité déconcertante, par Ben Arfa (3-0, 34e) et Kurzawa (4-0, 54e). Il n'y avait plus de match depuis longtemps, mais Paris s'appliquait tout de même à bien défendre, avant de se relâcher un peu dans les dix dernières minutes, permettant à Tolisso de réduire l'écart en fin de match (4-1, 86e).

Un PSG plus vertical

C'était déjà une tendance lors des matches de préparation, et cette première rencontre officielle de la saison l'a confirmée : dans le jeu, Unai Emery a d'ores et déjà opté pour une approche différente de celle développée par son prédécesseur Laurent Blanc. Alors que le Cévenol misait sur un jeu de construction patient, à base de redoublements de passes et de changements de rythme, le Basque met en place une stratégie plus directe, où les longues passes et le jeu en première intention semblent primordiaux. Ce fut flagrant sur tous les buts parisiens, particulièrement sur le premier et le dernier, issus d'ouvertures dans la profondeur. Paris ne tombera pas toujours sur un adversaire aussi naïf, qui a offert des espaces béants durant toutes la rencontre, mais son efficacité dans le jeu rapide, si tôt dans la saison, a déjà de quoi effrayer ses futurs adversaires...

L'OL n'est pas prêt

Dans la foulée d'une préparation réussie, on attendait un OL capable de bousculer l'ogre parisien ce samedi soir. Mais le club rhodanien a produit une prestation très éloignée de celle qui lui avait permis, le 28 février dernier, de dominer le club de la capitale au Parc OL (2-1). Après un bon début de match, les Rhodaniens ont en effet explosé mentalement, devant l'insolente efficacité de leurs adversaires. Fort heureusement pour eux, celle-ci n'a pas perduré, car l'OL a ensuite concédé un nombre incalculable d'occasions sur des fautes de concentration, des ballons perdus dans la surface ou de longues ouvertures mal négociées par la défense. Les quatre buts finalement encaissés sont donc presque un moindre mal pour le vice-champion de France, qui va devoir vite resserrer les boulons, et notamment ajuster les automatismes de la charnière Nkoulou - Yanga-Mbiwa, s'il ne veut pas recevoir des fessées similaires en Ligue des Champions...



« Partager avec vos amis »
Nouvelles Connexes :
Loading...
Publicité
Loading...
Partenaires
Rejoignez Nous Sur Facebook